Un 14 juillet réussi

Mardi 14 juillet, l’association des amis de la commune de Saint-Aubin-de-Locquenay organisait l’inauguration d’un arbre de la Liberté sur la place de l’Église, suivi d’un repas et d’un après-midi de jeux pour tous.

devoilarbre

Les jeunes conseillers et le maire dévoilent la plaque.

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée devant une centaine de personnes, en présence de Madame Dubois, députée, de Madame Labrette-Ménager, conseillère départementale, du maire, de ses conseillers et des élus du conseil municipal des jeunes. Le président de l’association a prononcé un discours dans lequel il a rappelé les origines de l’arbre de la Liberté et les idéaux républicains :

“Madame la Députée,
Madame la Conseillère départementale,
Monsieur le Maire et les élus du conseil municipal de St Aubin,
Madame le Maire et les élus du conseil municipal Jeunes de St Aubin,
Mesdames et Messieurs,
Chers enfants et jeunes de St Aubin,
Chers concitoyens.

Permettez-nous tout d’abord de vous dire notre immense plaisir de vous retrouver nombreux ici en ce 14 juillet 2015 pour l’inauguration de l’Arbre de la Liberté.
L’usage de planter des arbres comme signe de la joie populaire est immémorial. On le trouve chez les Gaulois comme chez les Romains. Ces arbres eurent pour précurseurs l’arbre de mai, que l’on plantait dans beaucoup d’endroits pour célébrer la venue du printemps.
L’arbre de la Liberté est un symbole de la liberté, depuis la période de la Révolution française. Il symbolise aussi en tant qu’arbre la vie, la continuité, la croissance, la force et la puissance, il est devenu au cours du XIXe siècle un des symboles de la République française avec la Marianne ou la semeuse.
Plantés, en général dans l’endroit le plus fréquenté, le plus apparent d’une localité, comme signes de joie et symboles d’affranchissement, ces arbres devaient grandir avec les institutions nouvelles.

Votre présence importante, aujourd’hui, dans le cadre d’une manifestation officielle de notre fête nationale, nous incite à vous redire en quelques phrases l’importance de trois mots.
Trois mots qui doivent être gravés sur tous nos édifices publics et qui servent de base à notre instruction civique.
Trois mots éclatants dont beaucoup de nos concitoyens ont malheureusement oubliés la signification première.
Trois mots qui restent pour beaucoup d’entre nous :
–      Trois symboles,
–      Trois valeurs,
–      Et surtout et encore trois objectifs.
Trois mots qui sonnent si fort dans nos cœurs.
LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ

1 – Liberté d’abord
Ce mot merveilleux pour lequel si naturellement on vit, mais malheureusement au nom duquel si souvent on meurt.
Liberté, un mot magique qui n’apparaît dans toute sa splendeur que lorsque les réalités qu’il recouvre disparaissent.
Liberté de trouver du travail, Liberté de se loger, Liberté de se déplacer, Liberté de penser, Liberté de rêver, Liberté d’aimer, Liberté de s’associer, Liberté de voter, Liberté d’écrire, Liberté d’exister en tant qu’individu  ou en tant que peuple.

Penchons-nous ensuite sur notre passé et regardons autour de nous.
Ils ne sont pas nombreux les peuples, les femmes et les hommes qui possèdent quelques attributs de ces libertés et donc de la Liberté ; quasiment aucun ne les possèdent tous.

2 – Égalité ensuite
La recherche d’une plus grande égalité a été de tous temps, le rêve de tous les hommes épris de justice, une égalité qui n’est pas synonyme d’uniformité, mais qui signifie la possibilité pour chacun de s’affirmer avec les mêmes chances que l’autre, la possibilité aussi pour chacun d’avoir les moyens « normaux » d’une vie « normale », somme toute d’avoir le droit à la solidarité.

3 – Fraternité enfin
Le moins discuté des trois au niveau de son principe, le plus démodé peut être, le plus désuet, aux yeux de nombre d’entre nous. La Fraternité, l’amour de l’autre, l’acceptation de ses idées, le droit à la différence, le refus de l’intolérance, le rejet des intégrismes et du sectarisme, la dénonciation des égoïsmes.

Qui en toute conscience, résiste toujours à la tentation d’imposer ses idées ?
Qui n’est jamais tenté par la facilité de rendre l’autre responsable de ses difficultés et de lui manifester bêtement sa mauvaise humeur pour cela ?

Et pourtant Mesdames, Messieurs, chers concitoyens, la Liberté et l’Égalité sans la Fraternité n’ont pas le même sens.
Il y a plus de deux siècles écrire LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ, c’était exprimer à chaud une foi révolutionnaire.
Aujourd’hui, essayer quotidiennement et à tous les niveaux de les mettre concrètement en action, c’est faire œuvre d’humanité et c’est agir dans le sens d’une marche vers plus de bonheur pour tous.
Notre Fête Nationale est une grande fête populaire, pleine du musique, de danses de chants et de lumières. Mais aussi fêter le 14 juillet, c’est rappeler son sens, le sens du drapeau tricolore propriété collective de notre peuple, le sens de la Liberté, l’Égalité et la Fraternité.

Au pied de notre arbre de la Liberté, laissons conclure Victor Hugo ;
« C’est un beau et vrai symbole pour la liberté qu’un arbre ! La liberté a ses racines dans le cœur du peuple, comme l’arbre elle élève et déploie ses rameaux dans le ciel ; comme l’arbre, elle grandit sans cesse  et couvre les générations de son ombre.

Mesdames et Messieurs, au nom de l’association des amis de la commune de Saint-Aubin-de-Locquenay, je vous remercie.”

elusarbre

Jean-Marc Ory, président de l’association des amis de la commune de St Aubin en compagnie des jeunes élus et de leurs aînés, près de l’arbre de la Liberté.